samedi 21 novembre 2015

#NousSommesDuma #FromParisWithLove


A l'heure où d'aucuns exploitent les attentats de Paris pour justifier une alliance avec Poutine, le sauveur d'Assad dont les bombardements ont tué des centaines de personnes ces derniers jours, nous publions ce texte de Xavier Bézard hommage à ces Syriens qui ont pensé à nous et à notre souffrance, un soir de novembre, où ils souffraient comme tous les soirs depuis 2011. 

 C’est une photo de piètre qualité. Elle trahit le manque de lumière nécessaire à un temps de pose rapide. Elle est donc floue. Sans doute n’était-ce pas le propos de réaliser un cliché parfait. Comme si ce flou trahissait une urgence… Elle est apparue sur le net, peu de temps après les attentats du 13 novembre à Paris, comme tant d’autres. Noyée dans tant d’autres. On y voit six hommes, debout, alignés sur la première marche d’un large escalier blanc. La nuit qui envahit le haut de l’image découpe leur tête mais en gomme la netteté. Il doit faire un peu froid, ils portent des vestes, des blousons protecteurs. Ils sont jeunes, presque beaux… Ils devraient être beaux, ils ne sont que dignes, debout, jambes bien campées sur cet escalier de marbre. Les visages sont avenants, ils auraient pu sourire… Quelque chose les empêche d’en imposer, leur interdit tout narcissisme. Pourquoi posent-ils alors ?


Ils tiennent chacun une feuille de papier et une bougie. Cette source de lumière allume leur visage. Ils ont disposé ces petites flammes à leurs pieds, sur la première marche, comme l’éclairage d’un théâtre d’un autre siècle. De fait, ils sont illuminés par le bas et apparaissent un peu comme des fantômes dans une nuit urbaine. Il y a aussi un éclat de lumière crue hors champs, venu du sol, qui éclaire les marches et les pieds. L’effet est un peu spectaculaire. Ils tiennent leur bougie près de la feuille, pour qu’on puisse y lire les messages. Mais seul, le dessin affiché par le deuxième homme est perceptible. Un dessin apparu très vite après les tragiques évènements, un signe fort créé par un graphiste qui sait mettre en relation le sens et la forme. Il a combiné le symbole de la paix et la tour Eiffel. C’est puissant, simple, très lisible. C’est beau, presque classe. C’est vite devenu l’emblème de la solidarité avec les victimes parisiennes. Ça communique bien. L’homme qui tient le dessin regarde avec insistance l’objectif. Il veut montrer qu’il est porteur de ce signe. Qu’il le revendique. Comme tant d’autres ! Des milliers de clichés venus de toute la planète en soutien… 




 
Ses compagnons ont donc dans les mains des messages dans ce sens. Quelle est alors cette impression étrange d’une différence fondamentale avec le fatras d’hommages visible ad-nauseam sur la toile ? Dans les regards, ni tristesse, ni fierté, mais une solidarité extraordinairement dynamique et volontaire ! La compassion qu’on peut y lire est de l’ordre du partage, de l’appartenance ; comme si ces hommes invitaient tous ceux qui souffrent en France dans leur fraternité. Voilà : c’est une immense fraternité qui émane de chacun d’eux, et plus encore du groupe tout entier. Sans trahir d’émotions, sans discours d’aucune sorte, Une simple invitation : « Vous êtes des nôtres. » Alors on examine le premier panneau, déchiffrable avec difficulté : Duma est en deuil. C’est écrit en français. Pas de résistance, pas de paix et d’amour, pas de compassion excessive. Cette simple information : Duma est en deuil. Qu’est Duma ? Si l’on n’est pas au fait, on clique plusieurs fois devant son écran et on apprend. On apprend ce qu’est Duma. Ce qu’est devenu Duma ! Petite ville syrienne proche de Damas, cent dix mille habitants avant 2011. AVANT !

Duma fut un des foyers de résistance contre Bachar el–Assad lors du printemps arabe syrien. Duma est une des villes les plus bombardées du monde. Avec Alep, Homs… Tous les jours, des hélicoptères de l’armée syrienne jettent des fûts bourrés d’explosif sur les marchés, les écoles, les hôpitaux… Tous les jours, des snipers de l’armée ou de la police tuent au hasard des habitants de Duma. Duma est en deuil, certes ! Et depuis quatre ans ! Des enterrements incessants, quand c’est encore possible. Alors on comprend le détail qui gênait sans qu’il fût possible, au départ, de l’identifier : ces détritus sur les marches, ce sont des gravas. La ville est noire, privée d’électricité, et c’est peut-être un phare de voiture qui éclaire ces hommes ; quant au tas informe sortant à peine des ténèbres au fond de l’image, c’est le commencement des ruines, de l’univers de destruction qui est le paysage quotidien de ces hommes. Voilà six hommes qui installent comme ils peuvent, une petite mise en scène pour montrer leur solidarité aux victimes parisiennes, au milieu de leurs ruines, de leurs cadavres. 




 


Quel Français a allumé une bougie, réalisé une pancarte, créé un logo pour les martyrs de Duma ? Comment des hommes qui viennent de déjouer la mort, comme tous les jours, qui sont réduits à survivre dans un enfer absolu, peuvent encore se préoccuper des attentats perpétrés, si loin de chez eux, à Paris ? Soudain, je les trouve immenses, magnifiques ! Des colosses d’humanité et de générosité. Des héros dont la simplicité et la solidarité sont leurs superpouvoirs. Et je pleure sur leur solitude, l’abandon du reste de l’humanité qui leur sert de linceul, le mépris tant parisien que mondial qui ignore leurs souffrances. Leur incroyable dignité me cingle le visage. Je voudrais les aider. Des larmes d’impuissance. Qu’ils ne verront pas. Je veux leur dire mon admiration. Mais peut-être n’en ont-ils plus besoin à ce jour. Le flou les mange déjà. Peut-être ont-ils rejoint la cohorte des victimes de Duma qui se comptent en milliers ? Je garde leur image humide sur mon cœur. Je promets de ne jamais les oublier, d’être toujours fidèle à leur sublime humanité.

Merci aux hommes de Duma d’être aussi puissamment humains !

Xavier Bézard, son blog ici

mercredi 18 novembre 2015

Eric Zemmour : plusieurs fois condamné et maintenu à l'antenne de RTL




Mise à jour du 24 juin 2017:

  Bonne nouvelle :  nouvelle condamnation pour Eric Zemmour le jeudi 22 juin, à 5 000 euros d'amende pour provocation à la haine après avoir tenu des propos antimusulmans à la télévision. Les faits datent du 6 septembre 2016 : dans l'émission "C à vous", sur France 5, le polémiste avait soutenu que "tous les musulmans, qu'ils le disent ou qu'ils ne le disent pas", considéraient les jihadistes comme de "bons musulmans".
Le tribunal correctionnel de Paris a estimé que ces propos présentaient "une gravité incontestable", "stigmatisant à plusieurs reprises et en des termes particulièrement violents et péremptoires une communauté prise dans son ensemble". 

La direction de RTL est à nouveau mise en cause car elle maintient à l'antenne un récidiviste plusieurs fois condamné (voir ci-dessous)

MEMORIAL 98

Actualisation du 24 novembre  2016

 
Zemmour reprend et officialise la campagne souterraine lancée par l'extrême-droite et une partie de LR  contre Juppé, stigmatisé comme ami des islamistes; sur RTL aujourd'hui il commente: "c'est Ali Juppé qui a perdu la primaire".

 A nouveau la direction de RTL est complice des propos calomnieux de son intervenant raciste et pétainiste



Actualisation 18 novembre 2016
 
Bonne nouvelle: les magistrats de la Cour d'appel ont confirmé la peine de 3000 euros d'amende, prononcée en première instance contre Zemmour  La cour d'appel de Paris a rendu son jugement, ce 17 novembre, dans son procès jugé pour "provocation à la haine envers les musulmans" (voir ci-dessus).  De plus il devra également verser 1000 euros à trois associations, pour leur préjudice moral, et 1 euros à deux autres associations.

Dans la même interview à un journal italien Zemmour avait aussi estimé que l'hypothèse de la déportation des cinq millions de musulmans français, bien que "irréaliste", peut se comparer avec "les cinq ou six millions d'Allemands qui ont dû quitter l'Europe centrale après la guerre" ou avec l'expulsion d’un « million de pieds-noirs » d'Afrique du Nord dans les années 60.  

Memorial 98


Actualisation du 8 octobre 2016

Zemmour escalade dans sa croisade et congratule les assassins terroristes


Dans une interview au mensuel de droite radicale Causeur, parue jeudi 6 octobre, il  appelle à  contraindre les musulmans de France à renoncer à leur liberté religieuse en estimant qu’entre la France et l’islam, "les musulmans doivent choisir"

Puis ils se lance dans une ce qui apparait comme une apologie de Daech et du terrorisme, que d'une part il assimile à l'islam et que d'autre part il oppose à l"incapacité" des non-musulmans à mourir pour leurs croyances. Il s'agit littéralement d'un éloge de la mort et de l'assassinat comme manière d'imposer ses vues et en cela Zemmour se place dans la lignée du fascisme qui érige le massacre comme horizon.    

 "Quelle condescendance ! Moi, je prends l'islam au sérieux, je ne le méprise pas ! dit il . Et je respecte des gens prêts à mourir pour ce en quoi ils croient, ce dont nous ne sommes plus capables."

"Vous respectez des gens qui roulent en camion sur des enfants ? Qui tuent des journalistes parce qu'ils ont représenté leur prophète ? Vraiment ?" poursuit le journaliste. "Pardon de vous chagriner, mais l'Histoire, c'est ainsi. Des innocents meurent parce qu'ils sont dans le mauvais camp ou au mauvais endroit au mauvais moment", répète Eric Zemmour.

La Société des Journalistes (SDJ) de RTL  a dénoncé une fois de plus  les  propos de Zemmour et sa place au sein de la radio:  "Si ces propos n'ont pas été tenus sur RTL, la SDJ de RTL se sent pourtant concernée au premier chef", a-t-elle réagi, précisant que "sans appartenir à la rédaction de RTL, Eric Zemmour, est chroniqueur sur l'antenne depuis plusieurs années, il est souvent perçu à l'extérieur comme un 'journaliste' ou un 'éditorialiste' de cette radio."
La SDJ de la radio de la rue Bayard rappelle qu'elle a fait part à sa direction "à maintes reprises" de son "malaise". "Elle s'est désolidarisée des propos d'Eric Zemmour et a posé la question de la place qui lui est dévolue sur l'antenne", a-t-elle poursuivi, estimant "de son devoir de faire savoir aux auditeurs de la radio et à l'opinion son aversion pour des propos qui, à ses yeux, portent atteinte à la mémoire des victimes du terrorisme et à la douleur des familles."

Car en effet la direction de RTL est à nouveau interpellée: poursuivra-t-elle son soutien à Zemmour en lui accordant une place à l'antenne?   



Actualisation du 17 décembre 2015 :

 Zemmour à nouveau condamné pour incitation à la haine raciale en raisons de propos contre les musulmans.
Mais celui ne lui coute que 3000 Euros. La direction de RTL est à nouveau mise en cause: continue-t-elle à soutenir Zemmour ?

 Memorial 98


Parmi la vague de vautours qui sévit suite aux attentats du 13 Novembre de Marine Le Pen à Collard et de Morano à Sarkozy, Zemmour tient une place importante en raison de sa visibilité médiatique et de sa capacité à y porter les idées les plus réactionnaires.
Dans sa émission sur RTL du mardi 17 novembre, Zemmour a appelé a bombarder le quartier bruxellois de Molenbeek plutôt que Raqa en Syrie. Pas très surprenant de la part de celui qui a comme fond de commerce le racisme violent, l'islamophobie appuyés sur un pétainisme rance

Il veut ainsi affirmer que la guerre contre tous les musulmans d'ici lui importe beaucoup plus que le sort de la population syrienne ou même l'avenir de Daech.

Zemmour a aussi attaqué ces dernières semaines A. Merkel en agitant le spectre d'un génocide de l'Allemagne submergé sous le flot des migrants. Selon lui "l'Allemagne millénaire" est détruite par le multiculturalisme.

On se souvient de sa tentative de réhabiliter Pétain qui aurait protégé des Juifs de France, alors que les documents montrent abondamment à quel point le chef de Vichy a constamment aggravé les mesures anti-juives qui lui étaient soumises.   

Mais le pire est que RTL soutient Zemmour et prétend qu'il s'agit de " deuxième degré".

La direction de cette radio est ainsi totalement complice de Zemmour, alors même que la société des journalistes de la station s’était formellement désolidarisée de M. Zemmour le 17 décembre dernier. Elle réagissait après ses nouveaux propos diffamatoires sur les musulmans au journal italien Corriere della sera et déclarait : « Ses prises de position, récurrentes à l’antenne et hors antenne, ternissent les valeurs de vivre-ensemble qui ont toujours été défendues par RTL ».
Pour ces mêmes propos, le parquet de Paris a requis début novembre une peine de 10 000 euros d’amende contre Zemmour, poursuivi pour provocation à la haine envers les musulmans. 

A la même époque, la directrice de la rédaction d’i-Télé, Céline Pigalle, avait mis fin à l’émission de débat de  Zemmour avec Nicolas Domenach.

La direction de RTL creuse décidément un  sillon raciste et se joint aux charognards qui attisent les haines suite aux attentats du 13 Novembre. De plus elle récidive dans cette voie. Ainsi le 3 septembre dernier son commentateur-vedette Olivier Mazerolle avait relayé une rumeur raciste contre les ministres Najat Vallaud-Belkacem et Myriam El Khomri comme nous l'avions relevé. Dans ce cas aussi, il n'y avait eu aucune sanction.

La direction de RTL est ainsi partie prenante d'un climat de tension entretenu auprès de ses nombreux auditeurs. Si le CSA ne réagit pas, il sera également complice.   

 MEMORIAL 98


mercredi 11 novembre 2015

Le FN a recours au racisme biologique





Mise à jour du 5 juillet 2017


David Rachline, sénateur FN et directeur de campagne de Marine Le Pen durant la présidentielle, reprend les diatribes relevant du racisme biologique que celle-ci avait lancé lors de la campagne des élections régionales de 2015 (ci-dessous)

Il le fait à l’occasion de l'annonce du Premier ministre de rendre obligatoires onze vaccins infantiles. Edouard Philippe justifiait ainsi cette mesure : "Des maladies que l'on croyait éradiquées se développent à nouveau sur notre territoire, des enfants meurent de la rougeole aujourd'hui en France. Dans la patrie de Pasteur, ce n'est pas admissible." 

Rachline lui répond que l’origine de la recrudescence de la rougeole ne vient pas de la baisse de la vaccination mais … de l’immigration et déclare :

« Au fait, vous êtes vous demandé pourquoi certaines maladies disparues de notre sol depuis longtemps refaisaient surface ? Il faut avoir le courage de dire que l'immigration massive dans ce domaine est la meilleure piste de réponse. »

Au passage Rachline a aussi prétendu  que l’obligation de la vaccination était due au lobby de l’industrie pharmaceutique, répercutant ainsi les arguments complotistes dont nous sommes quotidiennement abreuvés.  On voit ici la combinaison du racisme, du complotisme et d’un prétendu discours « anti-lobbies » 
 
Contrairement à ce qu'affirme Rachline, les experts attribuent la responsabilité du retour des maladies disparues, comme la rougeole (concernée par la réforme annoncée), à une couverture vaccinale insuffisante. Dans notre pays, champion du monde de la méfiance envers les vaccins, le retour de cette maladie a été constatée dès 2008, avec un pic en 2011.

"Sa diffusion et l'épidémie qu'a connue la France sont la conséquence d'un niveau insuffisant et hétérogène de la couverture vaccinale", notait l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (INPES).

Les populations immigrées venant d'Afrique sont souvent associées au "retour de la tuberculose en France". Or, comme le montrait Le Monde l'an passé, la maladie n'avait jamais disparu du territoire et sa tendance baissière s'observe depuis plusieurs années.

Pour autant, il est vrai que les migrants sont les plus exposés une fois arrivés. "Les données en population générale montrent ainsi que la proportion des ménages immigrés habitant dans un logement de mauvaise qualité est plus élevée que chez des ménages non immigrés, et qu'ils sont aussi plus touchés par la pauvreté en termes de conditions de vie", notait l'InVS en 2013. Les migrants "ne sont pas forcément arrivées malades. Ce sont les conditions de la précarité qui précipitent le déclenchement", confirmait au Figaro Jeanine Rochefort, déléguée Ile-de-France de Médecins du monde. Le vaccin contre la tuberculose est par ailleurs recommandé par les autorités de santé.

Malgré ces faits et les avis des experts, le Front national reste opposé à l'obligation de la vaccination, diffuse à ce sujet des thèses issues de la mouvance complotiste et continue de voir dans le retour des maladies dites "disparues" la responsabilité de l'immigration. Sur France Inter ce mercredi 5 juillet, Marine Le Pen s'est dite "tout à fait opposée" à cette disposition proposée par la ministre de la Santé. "Ça oblige les parents, dont une grande partie sont opposés à cette vaccination multiple dont nous connaissons assez peu les conséquences à long terme", a-t-elle ajouté. Ce qui est, là encore, inexact, comme l'ont montré de nombreux spécialistes.



Actualisation du 20 mars 2016
En Normandie une dirigeante FN, estime que « des cas de tuberculose, de gale et pourquoi pas de peste pourraient rapidement se diffuser, comme c’est le cas à Calais ». Pour elle, la seule solution pour éviter une éventuelle propagation de ces maladies en France, est non pas de soigner ces personnes, mais de « reconduire tous les migrants à la frontière ». Ainsi, malgré le semi-démenti embarrassé de la présidente du FN, l'appel à la menace "infectieuse" se répand à l'intérieur du parti frontiste. On notera que la fasciste normande évoque la peste, qui ne semble pas du tout présente à Calais; il s'agit là d'une référence habituelle de l'agitation antisémite au cours de siècles, comme indiqué ci-dessous.


Dans le cadre de sa campagne pour les élections régionales, Marine Le Pen a diffusé son programme concernant la santé dans lequel figure le paragraphe suivant, annonciateur de violences et d'exclusion:
"Dénoncer et éradiquer toute immigration bactérienne : les hôpitaux font face à la présence alarmante de maladies contagieuses non européennes, liées à l’afflux migratoire. Nous refusons cette mise en danger de la santé de nos compatriotes."

Face au scandale provoqué par ce crachat raciste, le colistier de Marine le Pen Sébastien Chenu,  transfuge de l'UMP, a d'abord plaidé une "coquille, il fallait selon lui lire "épidémie bactérienne". Sauf qu'à La Voix du Nord, l'un des journalistes qui a sorti l'information précisait immédiatement: "Non seulement le FN a dit 'dénoncer et éradiquer toute immigration bactérienne' mais il l'a écrit : notre papier  était issu d'un échange de mails avec l'équipe de campagne de Marine Le Pen". Le même Sébastien Chenu est ensuite contraint de concéder : "Ce n'est pas vraiment une coquille, ce que je voulais dire c'est que ce terme d''immigration bactérienne' n'est peut-être pas exactement celui véhiculé par les professeurs de médecine que nous avons recensés et qui nous ont alertés sur ce phénomène". Néanmoins, assure-t-il, "la philosophie c'est celle-là, on n'a aucun problème sur le fond de ce qui est dit".

En accusant les migrants de transporter des maladies "non-européennes", la chef du FN récidive car en 2013, déjà, elle avait stigmatisé des cas de "tuberculose multirésistante concernant des immigrés d'Europe de l'Est", alimentés, selon elle, "par un réseau d'immigration massive et incontrôlée".

Surtout elle se place dans la tradition du racisme biologique véhiculé depuis des décennies par les fascistes de tout poil et les antisémites les plus violents.

Elle s'inscrit aussi dans la continuité des diatribes de Jean-Marie Le Pen. Ainsi, le 20 mai 2014, avant un meeting à Marseille avec sa fille Marine Le Pen, il déclarait  à propos de l’immigration africaine: "Monseigneur Ebola peut régler ça en trois mois". "Ça", c'est selon lui, "l'explosion démographique" dans le monde, le "risque de submersion" de la France par l'immigration, "le remplacement de la population qui est en cours", avait-t-il expliqué, reprenant les thèmes du xénophobe Renaud Camus. Ebola est un virus qui provoque une fièvre hémorragique et a tué plus de 11300 personnes en Afrique. Marine Le Pen l’avait défendu en prétendant qu’il s’agissait d’une « réflexion sur les épidémies »

Au début de la pandémie du Sida en 1986, Jean-Marie Le Pen assimilait les séropositifs à des "lépreux" et voulait  enfermer les malades qu'il nommait "sidaïques" (on notera la proximité avec "judaïque") dans des "sidatoriums". 

Le Sida semble d'ailleurs demeurer une question sensible dans un parti largement nourri de fantasmes conspirationnistes et anti-scientifiques. Ainsi la dénommée Kelly Betesh, jeune étudiante en médecine frontiste médiatisée par le FN afin de  symboliser la "dédiabolisation" soutient que le "Sida n'existe pas" 

La continuité des propos actuels des dirigeants FN avec les thèmes d'agitation antisémites se rapportent notamment à la manière dont les Juifs ont été accusés de colporter de mystérieuses maladies infectieuses.

Aux premiers jours du mois de décembre 1920, une  rumeur est diffusée dans Paris : une pandémie inconnue et mortelle, la maladie n° 9 ( nom de code pour la peste), dont seraient porteurs les immigrés juifs originaires d'Europe orientale, se propagerait à vive allure dans les quartiers populaires de la capitale.
 Les pouvoirs publics, impuissants à endiguer l'épidémie, auraient déjà recensé plusieurs centaines de cas mais refuseraient d'en faire état. La presse s'empare de l'affaire, bientôt instrumentalisée par la droite nationale et antisémite.
 La crainte de la prétendue "maladie n° 9" donne lieu, au Sénat, à une séance houleuse et retentissante le 2 décembre 1920. De nombreux élus dénoncent le caractère " inassimilable " des " Juifs d'Orient ", accusés de répandre l'épidémie, avec la complicité de leurs coreligionnaires installés en France depuis plusieurs générations. Présentés comme réfractaires aux mœurs de la civilisation occidentale, assimilés à des rats grouillant dans Paris, les Juifs sont également accusés de propager le " microbe " du " bolchevisme défaitiste ". 

Ceux qui jouent sur la hantise des grandes épidémies ont alors recours à tous les poncifs de l'antisémitisme historique concernant particulièrement la peste.

Ainsi lors l’épidémie de peste noire qui toucha l'Europe entre 1347 et 1350, des agitateurs antisémites l'attribuèrent à un acte satanique orchestré par les Juifs qui voudraient dominer le monde en empoisonnant l'air et l'eau.
Une vague de massacres s'ensuivit: 2000 Juifs tués à Strasbourg lors du "massacre de la Saint Valentin" en février 1349, d'autres victimes nombreuses à Colmar, Worms, Francfort, Cologne et ailleurs. Aucune communauté juive importante d'Allemagne ne fut épargnée par les massacres et  les pillages. A Berne et à Zurich, des Juifs furent jugés et exécutés.

Les déclarations de la présidente du FN ainsi que la campagne de Marion MLP  démontrent une fois de plus qu'il s'agit bien d'un parti d'orientation fasciste dont le racisme est le principal argument. 

MEMORIAL 98





mercredi 4 novembre 2015

Dieudonné et Faurisson veulent encore échapper à leur condamnation.


Mise à jour du 10 Novembre 2015:

Bonne nouvelle: la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) vient de la débouter de sa prétention à diffuser sa propagande négationniste et antisémite sous prétexte de "spectacle".

 Extrait de la décision de la CEDH: 

"...La Cour juge qu’en l’espèce, au cours du passage litigieux, la soirée avait perdu son caractère de spectacle de divertissement pour devenir un meeting qui, sous couvert de représentation humoristique, valorisait le négationnisme par le biais de la place centrale donnée à l’intervention de Robert Faurisson et dans la mise en position avilissante des victimes juives des déportations face à celui qui nie leur extermination. Aux yeux de la Cour, il ne s’agissait pas d’un spectacle qui, même satirique ou provocateur, relèverait de la protection de l’article 10 (liberté d’expression) de la Convention européenne des droits de l’homme, mais en réalité, dans les circonstances de l’espèce, d’une démonstration de haine et d’antisémitisme, ainsi que d’une remise en cause de l’holocauste..." 
Memorial 98 se félicite de cette décision et de ses attendus. Nous avions dénoncé cette tentative du néo-nazi Dieudonné faite au nom de la "liberté d'expression".

Cet arrêt de la CEDH rend encore plus scandaleux une autre décision récente de la Cour le 15 octobre dernier à propos du négationniste turc Perinçek, condamné par la justice suisse pour ses propos mettant en cause l'existence du génocide des Arméniens. La Cour européenne a censuré la décision helvétique au nom, de la "liberté d'expression".
Avec le Collectif VAN, nous avons protesté contre cette décision qui représente une violence supplémentaire à l'égard des victimes du génocide des Arméniens,  nié depuis 100 par l’État turc. Tous les négationnismes doivent être combattus et condamnés. C'est ce que nous avons affirmé hier soir en commémorant la mémoire des victimes de la Nuit de Cristal avec nos partenaires du Collectif VAN et d'Ibuka-France.

Memorial 98


Sept ans après un "spectacle " négationniste devant des milliers de personnes, Dieudonné passe devant la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH). Il réclame que les décisions de la justice française à son encontre, suite à son meeting avec Faurisson au Zénith le 26 décembre 2008 soient remises en cause. La CEDH statuera le 10 novembre prochain. 

Dieudonné avait été condamné à 10.000 euros d’amende pour "injure à caractère raciste. Les juges   ont estimé, en première instance et en appel, que la présence du négationniste Robert Faurisson avait fait passer la soirée du Zénith du statut de spectacle à celui de meeting. En effet cette soirée avait revêtu un caractère antisémite et négationniste avéré, comme nous le relations alors dans un article de Memorial 98 ( nous avons ajouté quelques précisions d'actualité) :
"La mise en scène macabre du Zénith a été pensée et planifiée pour obtenir un impact maximum. Dans ce but ont été exploitées toutes les ressources visuelles et allusives  du négationnisme.
Dieudonné commence par  chauffer la salle en demandant un «  tonnerre d’applaudissements » pour Faurisson ; l’ovation monte de la salle, qui devait être avertie de ce « clou » du spectacle.  Sur scène, un technicien affublé d’une tenue rayée de déporté juif et d’une étoile jaune sur la poitrine, lui  apporte son trophée de « l’insolence ».
Embrassades et tutoiements de rigueur entre le vétéran négationniste et celui qui aspire à reprendre le flambeau, sous l’œil attentif de Jean-Marie le Pen, parrain de l’enfant du maître de la soirée
Faurisson déclare : " ne pas avoir l'habitude de ce genre d'accueil"et " Je suis supposé être un gangster de l'histoire!". Déjà condamné à de nombreuses reprises, il avait en 2007 attaqué en justice Robert Badinter qui l'avait traité de "faussaire de l'histoire". Durant l'audience M. Faurisson avait réaffirmé que " les prétendues chambres à gaz hitlériennes et le prétendu génocide des juifs forment un seul et même mensonge historique". Il avait été débouté et condamné à verser 5 000 euros à M. Badinter, au titre des frais de justice.
Faurisson discourt, manifeste son amicale complicité à Dieudonné, se plaint d’avoir souvent été victime de «  traitement spéciaux »,  allusion codée et directe au terme « traitement spécial » (« besonderes behandlung » en allemand) utilisé par les nazis pour éviter de laisser une trace écrite de l’extermination des déportés juifs. De même il se plaint d’être  traité en « Palestinien dans son propre pays ».

                                         (sur la photo: Chatillon, Dieudonné, Faurisson)
Dans les travées du Zénith s’esbaudit le gratin de l'extrême droite, comme lors de la précédente édition de 2006; sont présents: Jean-Marie Le Pen et sa famille, Alain de Benoist (dirigeant de la Nouvelle Droite et de sa revue Éléments qui accueille ce mois-ci Michel Onfray), Frédéric Chatillon (toujours membre de l'entourage de Marine Le Pen), homme des finances et des relations avec le général et ministre de la Défense syrien Tlass, organisateur en 2006 du voyage de Dieudonné, Soral, et  Thierry Meyssan  auprès du Hezbollah et de la visite de Dieudonné  à la fête du FN au Bourget  qui officialisa leur convergence. La négationniste Ginette Skandrani aussi est là non loin du leader « radical »  Kémi Seba, familier des collaborations avec les groupuscules néo-nazis.
A la fin du spectacle, une trentaine de proches de Dieudonné se sont retrouvés à l'étage, dans la zone VIP, pour partager un "verre de l'amitié". Un participant raconte: "Ça a duré une petite demi-heure. On a bien ri." Vers minuit, Dieudonné a accueilli près de 80 amis autour de sa guest-star, Robert Faurisson, pour réveillonner dans son théâtre de la Main d'Or et se réjouir de la soirée au Zénith."


Depuis cette époque où beaucoup minimisaient encore le caractère antisémite et négationniste du "comique", Dieudonné a sans cesse escaladé dans ses propos, défendant ouvertement Hitler et les chambres à gaz et faisant aussi référence au criminel Dutroux. Malgré l'indulgence des condamnations judiciaires, il se présente toujours comme une victime, aidé en cela par ceux qui continuent à s'interroger sur la liberté d'expression qu'il faudrait lui accorder
Il a aussi accumulé les profits tirés de l'exploitation du commerce de la haine. Faurisson quant à lui a récemment  échappé à une condamnation, suite à un procès particulièrement mal engagé par les autorités judiciaires.    

Dans l’affaire du Zénith de 2008, Dieudonné a perdu devant toutes les instances judiciaires françaises, y compris devant la Cour de Cassation  mais se pourvoit devant la CEDH.
 Il est à noter que cette instance  vient de prendre le 15 octobre dernier une décision scandaleuse à propos du négationniste turc Perinçek, condamné par la justice suisse pour ses propos mettant en cause l'existence du génocide des Arméniens. La Cour européenne a censuré la décision helvétique au nom, encore une fois, de la "liberté d'expression". Avec nos partenaires du Collectif VAN, nous avons protesté contre cette décision qui représente une violence supplémentaire à l'égard des victimes du génocide nié depuis 100 par l’État turc

Il y a donc lieu d'être particulièrement  attentif et vigilant. La décision de la CEDH doit être annoncée le lendemain de la commémoration que nous organisons en mémoire des victimes de la Nuit de Cristal nazie. Nous y appellerons à une mobilisation renouvelée contre tous les négationnismes.